La Meuse : Jean-Marie Dessard expose pour la première fois ses peintures et dessins dans la Basse-Meuse

7 mars 1997

La chapelle des Sépulcrines de Visé accueille dès ce soir et jusqu'à dimanche une exposition des oeuvres de Jean-Marie Dessard. Cette fois, les projecteurs ne se braqueront pas sur les étonnants portraits de stars qu'il réalise en chocolat sur fond de sucre. Il ne sera pas question non plus de mettre à la «une» une nouvelle sculpture majestueuse en sucre ou en graisse. Cette fois, ce sont les dessins et les peintures à l'huile de ce cuisinier hors pair que l'on aura l'occasion de découvrir.

Jean-Marie Dessard est professeur à l'école d'Hôtellerie de Liège. Son amour du travail bien fait, sa passion pour la beauté et son désir jamais inassouvi de raffinement l'ont incité à déployer audace et imagination. C'est ainsi qu'il s'est adonné à la sculpture du sucre et de la graisse alimentaire. Sous ses mains habiles, de surprenantes réalisations sont nées telle cette superbe Vénus de Milo en sucre. Il a aussi battu une ribambelle de records avec des pièces aussi jolies que monumentales qui lui ont valu d'être retenu dans le Guiness Book des Records. Il a réussi à surprendre une flopée d'artistes sidérés de se voir à croquer dans des tableaux en sucre et chocolat.

C'est Jacques Donnay !

Comment donner le jour à toutes ces oeuvres sans passer par l'abc: le dessin et la peinture? S'il a commencé le chemin à l'envers, Jean-Marie Dessard n'en a pas moins reçu la médaille d'or dans la catégorie «Crayon» décernée par l'Association internationale des Arts et Lettres!

Autodidacte, il s'inspire de cartes postales ou de ses réves pour réaliser ces tableaux qui vous seront présentés, à la chapelle des Sépulcrines, sous le joli titre «Parfum d'espoir» "parce qu'il n'y a rien de plus beau que ce qui ressemble à l'espoir... même s'il est des blessures qui ne peuvent cicatriser», explique l'artiste qui fait ainsi légèrement référence aux enfants martyrs.

Ce sera la première exposition de Jean-Marie Dessard, dans la Basse-Meuse mais ce sera aussi sa seconde expo d'oeuvre «non alimentaires». La première s'était campée au Ramada, voici 3 ans.

L'envie de peindre m'a été donnée par Jacques Donnay, avoue Jean-Marie Dessard. Lorsque j'ai vu une de ses expositions, voici une dizaine d'années, j'at éprouvé l'irrésistible besoin de faire comme lui! Evidemment, il est inimitable! Mais il m'a donné cette impulsion".

Une quarantaine de réalisations seront visibles ce vendredi dès 19 h, samedi et dimanche, entre 10 et 19 h, au 31 de la rue du Collège.

M.C.